À Landerneau, parcourez l’Elorn en kayak !

Plus simple à pratiquer que la planche à voile, le stand-up paddle ou le surf, le kayak compte de nombreux adeptes dans la région brestoise. Il peut bien sûr se pratiquer en mer (la rade de Brest constitue pour cela un parfait terrain de jeu) mais il est également très agréable de parcourir une rivière en kayak. Un exemple : l’Elorn, à Landerneau.

 

Canot léger que l’on dirige à l’aide d’une pagaie à deux pales, le kayak ne date pas d’hier : il a été inventé il y a bien longtemps en Arctique par les Inuits qui s’en servaient pour pêcher et chasser. Aujourd’hui, il s’adapte aussi bien à la balade qu’à la pratique sportive. Les trois titres olympiques gagnés par le Français Tony Estanguet sont d’ailleurs là pour le prouver ! Pour débuter le kayak, rien de tel que la pratique en rivière, qui permet de se lancer en douceur et d’apprendre les techniques de base : embarquer et débarquer sans tomber à l’eau, pagayer, se diriger, se récupérer afin de ne pas se retrouver sous l’eau…

Du pont habité de Landerneau jusqu’à la rade de Brest

Pour débuter dans un environnement agréable, direction l’Elorn ! Long de 56,4 kilomètres et prenant sa source dans les Monts d’Arrée, ce fleuve côtier chemine jusqu’à Landerneau où il fournit aux kayakistes des conditions idéales de navigation en plein centre ville. Depuis 2002, une base de kayak a été aménagée dans la ville et accueille toute l’année les scolaires et le grand public. Bassin d’initiation, parcours avec portes de slalom, aire de kayak polo : tout est prévu pour faire le bonheur des débutants comme des pratiquants confirmés. Une fois que l’on maîtrise son embarcation, quel plaisir de franchir le pont habité et d’explorer la partie maritime de l’Elorn, jusqu’à passer sous le pont de l’Iroise et le pont Albert-Louppe qui, côte à côte, ouvrent les portes de la fameuse rade de Brest. Mais si le kayak, ce n’est pas votre truc, sachez que les bords de l’Elorn sont l’occasion de balades particulièrement agréables…